Ma playlist de Mars

Camélia Jordana, Seul

La chanteuse nous chante, sur Seul, le crépuscule d’une relation amoureuse toxique. La dureté du texte contraste avec la cumbia métissée qui souligne les mots explicites et clairs. Camélia Jordana réussi à renouveler la variété française, en réconciliant production musicale moderne et textes lisibles, faciles diront les mauvaises langues. Cela tombe bien c’est le titre de son nouvel double album « Facile x Fragile« . Je vous invite à écouter son live acoustique réalisé pour l’émission « Chambre noire« .

Balthazar, Losers

Les belges reviennent pour nous proposer un titre à la pop moderne. Le groupe n’est pas à coup d’essai, ils nous avaient enchanté avec leur précédent album Fever paru en 2019 dont ils distillaient déjà une pop magnifique. Avec leur single Losers tiré de leur nouvel album Sand, les flamands de Courtrai récidivent avec brio. Losers est un est aperçu réjouissant de leur travail d’orfèvre.

Anna Majidson, Echo feat. November Ultra

La moitié du duo Haute s’échappe en solo avec la parution de son EP, Mixtape Telecom. Anna Majidson s’est mise au vert dans la campagne anglaise pendant le confinement du printemps dernier. Elle ne perdit son temps en apprenant la mandoline ! Le résultat de cet apprentissage se retrouve dans son EP. Elle oscille entre folk et R&B. Sur le titre, Echo en duo avec la chanteuse November Ultra de la nouvelle scène française. À travers ce titre, Anna Majidson nous invite à l’introspection et la bienveillance.

Frànçois and The Moutain Atlas, Tourne autour

François Marry revient avec un Tourne Autour issu de son nouvel album Banane Bleue. Toujours accompagné des Atlas Moutain, son groupe à géométrie variable, le chanteur propose une pop légère aux paroles en apparence faciles mais qui regorgent de sous-entendus. Nous pouvons faire un parallèle avec Camélia Jordana dont il partage le goût du sous-entendu et qui a le mérite de renouveler le genre de la pop hexagonale.

Jimena Angel, Llamayena

Décidément la Colombie regorge de talents. Après Lido Pimentia que je vous ai présenté le mois dernier, voici Jimena Angel. La chanteuse originaire de Bogota, encore méconnue en Europe, est une star dans son pays natal. La chanteuse a en effet déjà une longue carrière de 25 ans sur la scène rock colombienne, qui lui a valu une nomination aux Latin Grammies en 2009. Laissant Bogota derrière elle, Jimena Angel va s’installer sur la côte caribéenne, délaissant les sonorités rock pour des sonorités plus tropicales. Pour cet nouvel album dont issu Llamameya, titre aux cuivres enflammés à la mélodie hypnotique, elle s’entoure du saxophoniste américain Ben Abarnabel-Wolff (qui officiait notamment chez Ebo Taylor) et le producteur français IZem. Le fuit de cette collaboration féconde est Aire, un album qui emprunte autant à la tradition latino-caribéenne qu’à la musique des clubs.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *